jeudi 9 janvier 2014

Editorial Janvier


‘ Enfant-Dieu est venu à Noël apporter la Paix, « Paix aux hommes de bonne volonté » chantent les anges autour de la crèche. Pourtant, Notre-Seigneur nous dit lui-même : « N’allez pas croire que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix mais le glaive.» Cette phrase, Notre-Seigneur la prononce lors du discours aux douze apôtres qui leur explique la mission confiée.
              Ce paradoxe s’explique par deux visions de la paix. Tout d’abord, la paix mondaine -nous pourrions dire bourgeoise- est la recherche du confort avant tout, faisant passer les efforts et la recherche du bien commun après la conservation d’un certain bien-être, d’un confort personnel. La paix mondaine fait donc fuir les contradictions, les épreuves et peut pousser même à accepter d’aller à l’encontre de convictions fondées qui risqueraient de compromettre ce confort. Les conditions positives ne deviennent donc plus un moyen mais un but.
La véritable paix chrétienne est celle donnée par la grâce de Dieu qui unit intimement l’âme à son Créateur. Cette paix exige parfois d’être en butte à l’incompréhension voire même à des vexations ou des persécutions. Dans cette recherche de la vraie paix, le principal, le fondamental, c’est la recherche intime de Dieu, de la Vérité et non de ce que mon sentiment ou mon confort me dicte.
C’est cette véritable paix que nous devons rechercher, malgré fatigues et contradictions. Bien souvent, nous pouvons être tentés de nous lasser ou même de rechercher un lieu plus confortable, moins exposé à la lutte que le monde ne manque pas de mener contre les chrétiens. Mais la véritable paix de Notre-Seigneur est en nos âmes par la grâce de Dieu et si nous faisons tout pour la garder, si nous prenons les moyens pour la développer et pour en vivre, alors nous aurons le moyen de tenir ferme dans le combat qui fait rage.
O Notre Doux Jésus-Enfant, donnez-nous votre paix afin que nous ne soyons pas troublés, emportés par les difficultés de cette vie ; donnez-nous votre paix pour que nous puissions sans nous lasser être vos disciples dans la recherche de la Vérité et de votre Amour.
En ce début d’année, que l’Enfant-Dieu soit notre guide dans la recherche du Royaume Eternel, lieu du repos et de la joie,

Bonne et sainte nouvelle année 2014 !

Abbé Benoît Maître †
Chapelain