lundi 2 février 2015

Editorial Février


La vraie Foi nous oblige sans cesse à dépasser les apparences, les sentiments ou les rumeurs pour chercher la Vérité, ce qui est réellement. Notre-Seigneur Jésus-Christ Lui-même nous enseigne qu’Il est la Vérité. En disciples de Notre-Seigneur Jésus-Christ, nous ne pouvons pas en rester au superficiel que le monde moderne et notre propre faiblesse nous imposent bien souvent. Les techniques modernes de communication donnent un primat à l’effet d’annonce, au slogan, quand la réalité est complexe et demande du temps et de la réflexion.
        Il est triste de voir que nombre de baptisés peuvent se laisser aller à cette tendance, oubliant par là qu’il ne suffit pas d’un mot, d’une phrase ou
d’un sentiment partagé pour appréhender la réalité d’une situation, d’un événement ou d’une pensée.
        Que l’on revienne sur quelques événements passés et l’on se rendra aisément compte que l’on fait un scandale public de vies arrachées violemment tandis qu’on occulte les centaines de milliers de vies qui sont détruites légalement dès leur commencement par l’avortement, ou même les nombreuses personnes fragiles qui seront demain tuées en toute impunité par l’euthanasie.
        Dans ce contexte difficile, ne nous laissons pas aller à la tentation de nous présenter comme victime, ce qui est, au fond, un procédé de l’orgueil qui veut ramener tout à notre propre personne. La véritable Victime est Notre-Seigneur Jésus-Christ car Lui seul est la Vérité, Lui seul est parfait. Pour nous, même si les difficultés et les souffrances peuvent être réelles, elles ne sont qu’un moyen, dans l’oubli de soi et la discrétion, de nous unir à notre Divin Maître. Combien d’exemples de véritable sainteté nous sont donnés qui, loin de fustiger tout et tout le monde, ont supporté l’épreuve avec courage et persévérance dans une Foi inébranlable à l’Unique Rédempteur qui seul peut faire sortir d’un mal un plus grand bien.
        Au seuil du Carême, souvenons-nous que ce monde a besoin de saints qui, loin des slogans, de la critique systématique ou de la recherche de reconnaissance, doivent vouloir une vie chrétienne qui ne néglige rien, ni la recherche de Dieu ni les œuvres de miséricorde, dans une Foi vive qui sait voir au-delà des apparences.
        Que Dieu et sa très Sainte Mère nous gardent tous afin que nous sachions vivre courageusement des biens que Dieu nous a donnés et que nous sachions les faire rayonner,
                                                                               Abbé Benoît Maître †
Chapelain