dimanche 7 février 2016

Editorial de Février




Une actualité en chasse une autre, les médias nous abreuvent de nouvelles toutes aussi alarmantes les unes que les autres. Le travail de sape est à l’œuvre, pour démoraliser ou pour imposer un stéréotype de comportement : «De nos jours, c’est comme cela» ou «vous savez, tout le monde se comporte ainsi» pouvons-nous entendre bien trop facilement. Il est sûr que certaines situations de péchés dont on pouvait se prémunir et prémunir les plus jeunes avec plus de facilité, deviennent, comme
disent les mêmes médias, un phénomène de société. En nous souvenant de ce qui fonde notre vie chrétienne, nous pourrons plus facilement exercer le discernement et la prudence quant aux comportements dits «modernes» en sachant en garder le meilleur pour en rejeter ce qui nous éloigne de Dieu.
      Cette année, il nous est proposé d’approfondir la Miséricorde de Dieu, non seulement quant à l’humanité pécheresse mais encore quant à chacune de nos âmes. La première Miséricorde que Dieu a accomplie pour chacun d’entre nous réside dans le Saint Baptême que nous avons reçu parfois adulte et pour beaucoup petit enfant. Dieu nous a offert, par ce sacrement, le Salut, sans aucun mérite de notre part, par pure gratuité. Voilà notre trésor, la source de toute notre joie.

      Conscients de vivre en un monde loin de Dieu, il nous faut revenir à cet élément fondateur de la vie spirituelle qu’est notre Baptême. En effet, nous ne sommes plus, par le caractère reçu, des hommes de ce monde mais des hommes aptes à participer à l’Eternité de Dieu.

      En ce Carême, les prédications lors des messes seront donc toutes tournées vers le sacrement de baptême afin de nous aider à mieux vivre cette réalité concrète de la Miséricorde que Dieu a eue pour chacun d’entre nous. Nous le savons, sans le Saint Baptême nous ne pouvons espérer le Salut, mais par notre baptême, Dieu a voulu faire en nos âmes sa demeure. Cette miséricorde de Dieu est à la fois notre joie et notre fierté, que nous devons aimer, défendre et dont nous devons vivre au quotidien.

      Je nous souhaite à tous un Saint Carême par la réception zélée des sacrements et particulièrement de la confession régulière, par les exercices de piété et de charité, par les pénitences que nous aurons à cœur d’accomplir pour la plus grande gloire de Dieu et le salut de nos âmes.
Abbé Benoît Maître †
Chapelain