mardi 5 avril 2016

Editorial d' Avril


           Les causes de tristesse, d’angoisse et d’abattement ne manquent pas tant au niveau national ou international (terrorisme, catastrophes, accidents, chômage, économies en panne…) qu’au niveau de la Sainte Eglise (scandales, acharnement médiatique, éloignement de nombreuses
âmes de la Vraie Foi,…) ou de chacune de nos vies ou de celles de nos proches (péché, maladie, difficultés matérielles ou spirituelles….). Pourtant malgré tout cela, le catholique, par la Résurrection de Notre-Seigneur et sa grâce, peut rester un homme joyeux. En effet, l’optimisme est fondamentalement chrétien car nous avons l’assurance du salut par la Résurrection de Notre-Seigneur et sa grâce si nous savons y être fidèles.

            Les occasions ou les tentations de verser dans la critique systématique, de voir les carences, les manques ou d’épingler le mal en toutes choses, ne manquent pas. Il ne s’agit pas d’occulter ou de nier le mal, ce serait avoir une attitude fausse. Mais l’attitude chrétienne est celle de l’Espérance qui cherche le Bien, le Vrai et qui, loin d’être abattue par ce qui est noir, cherche à voir plus loin et s’enracine dans l’Espérance du salut apporté par Notre-Seigneur. Le mal, les difficultés et ce qui est négatif en général dans notre vie doivent être une occasion pour nous de chercher à faire triompher un plus grand bien par l’action en Notre-Seigneur.

            Par sa Résurrection, le Fils de Dieu fait homme, redonne la joie aux hommes. Cherchons en ce temps après Pâques à ne pas verser dans la facilité du pessimisme ambiant mais plutôt à vivre de la joie de Dieu, celle qui vient d’un regard plein de Foi, d’Espérance et de Charité et qui trouve sa source dans la certitude que notre vie ne s’arrête pas ici bas. Le bonheur éternel promis à ceux qui sont fidèles, la miséricorde de Dieu envers les pécheurs repentants nous permettent de trouver des motifs d’allégresse qui nous permettent d’avancer vers notre éternité avec allégresse. Soit nous tenons notre regard fixé sur la terre et nous serons malheureux, soit nous tournons notre regard vers le Ciel et nos âmes pourront être illuminées.

            Que la Joie de la Résurrection habite en nos âmes afin que nous puissions être de fidèles disciples de Celui qui fait toutes choses nouvelles.
Abbé Benoît Maître †

Chapelain