mercredi 14 septembre 2016

éditorial septembre 2016

         

            Comme Saint Paul nous le dit : « La Charité nous presse ». Il ne s’agit là nullement d’un concept, d’une idée vague ou d’un pieux sentiment. La Charité, vertu théologale, est l’Amour (dont le siège est la volonté) de Dieu et des hommes. Tout baptisé doit, toute sa vie, chercher à mieux vivre de cette Charité.


       Nos communautés à Perpignan et à Narbonne doivent continuer à être des lieux de pratique de cette Charité.

            Comment chacun d’entre nous peut-il participer, de près ou de loin, dans nos communautés à rendre plus belle, plus parfaite la Sainte Liturgie qui y est célébrée ? Dans les activités proposées, comment s’impliquer d’avantage, ou mieux, afin qu’elles puissent être de véritables aides à la vie chrétienne, non seulement à son avantage propre mais aussi pour les autres ? Quel souci avons-nous des autres, des aides que nous pourrions apporter ?

      Nous avons la grâce de pouvoir bénéficier d’un trésor inestimable en vivant de la Tradition liturgique et disciplinaire de l’Eglise. La Charité nous presse de pouvoir en faire profiter aussi le plus grand nombre.

         La Charité n’est pas un sentiment mais une volonté de donner ce qu’il y a de meilleur à Dieu et aux autres. Cette vertu théologale doit être demandée régulièrement afin de nous permettre d’en vivre et ainsi de rayonner de cette grâce que Dieu nous a donnée au Baptême.

          Nous aimons à juste titre la représentation du Sacré-Cœur car il est véritablement cette Charité que nous devons porter dans nos cœurs. Que ce mois de septembre soit pour nous l’occasion de réaffirmer dans nos vies que l’identité que nous voulons porter comme un étendard est la volonté d’union au seul vrai Dieu et de service mutuel sous son regard paternel. Soyons forts de cette Charité qui a fait les Saints, les Martyrs et dont il nous sera demandé des comptes au dernier jour.


Abbé Benoît Maître †
Chapelain