mardi 1 novembre 2016

Editorial Novembre

L’homme rêve de pouvoir se suffire à lui-même, au point même de vouloir être maître de la transmission de la vie, de son être même ou encore de ce que l’on appelle d’un terme hypocrite, « la fin de vie », pour ne pas parler de la mort et de sa préparation. Il est évident que
la source d’une telle conception prend ses racines dans la négation plus ou moins avouée des fins dernières de l’homme et dans la négation de Dieu, Créateur de chaque vie humaine.

         On ne peut disposer librement que de ce qui nous appartient en propre ; or cela n’est le cas ni de notre vie, ni de notre mort, car nous n’en sommes ni l’origine, ni la fin. Dieu seul est maître de la vie et de la mort, et à l’heure de notre trépas ce sera Lui qui jugera, signifiant ainsi notre avenir éternel.

         En ce mois de Novembre, la Sainte Eglise nous invite à lever les yeux et, après avoir demandé à Notre Seigneur de régner en ce monde, lors de la fête du Christ-Roi, Elle nous invite à considérer et célébrer les saints du Ciel que nous sommes appelés à rejoindre un jour. Puis, toute l’Eglise va prier pour l’âme des fidèles trépassés afin de demander, pour ceux qui nous ont précédés sur cette terre, la paix du Ciel. Quelle bonne occasion d’ajouter à nos prières la méditation de notre avenir !

         Nous pourrons alors renouveler notre persévérance ainsi que notre zèle dans l’amour de la Sainte Messe, de la sainte confession et de tous les moyens donnés par Dieu pour nous préparer à notre éternité.

         Parce que nous savons que notre existence vient de Dieu, parce que nous savons que nous sommes appelés à l’éternité et qu’il dépend de nous qu’elle soit heureuse ou malheureuse, nous défendons la vie non seulement naturelle mais aussi surnaturelle. Parce que nous voulons être des enfants de Dieu, nous tournons nos regards vers le Ciel, nous cherchons en ce monde les moyens pour en devenir aptes et nous continuons, malgré fatigues et contradictions, avec persévérance, à chercher à établir le règne du Christ dans nos vies et dans le monde.

         Avec les Saints et dans la prière pour les fidèles trépassés, que ce mois de Novembre soit pour chacun de nous, un mois de renouvellement intérieur, en chemin vers le ciel.


Abbé Benoît Maître †

Chapelain