vendredi 2 décembre 2016

Editorial de Décembre


         Saint Joseph et la Sainte Vierge Marie vivent en une époque troublée. La terre promise, comme le peuple élu de Dieu, sont sous l’emprise des Romains, ces païens qui croient en de faux dieux. Même ceux qui devraient manifester, protester et se battre, au moins légalement, pour garder l’autonomie du peuple juif vis-à-vis
de la domination impériale, ne le font pas. Le Sanhédrin lui-même est enfermé dans des discussions de codification, s’éloignant de sa charge d’enseigner la Révélation de Dieu. Pourtant Saint Joseph, comme la Très Sainte Vierge Marie, ne perdent pas l’Espérance ; il est impossible que Dieu n’envoie pas ses secours. Nul doute, que Notre Dame comme Saint Joseph ont prié, pour que la volonté de Dieu soit faite et qu’ils soient les instruments de sa Volonté dans le monde en déclin qui les entoure.

         Bien souvent, nous pouvons être pris par le découragement, le défaitisme voire même parfois le désespoir, soit en raison de cette société pervertie soit en raison des graves problèmes et difficultés qui secouent la Sainte Eglise de Dieu (perte de la Foi, problèmes d’enseignement clair de la Vérité, compromis ou amitiés naïves avec ceux qui agissent contre la Vraie Foi…) ou même parfois en raison d’un esprit de consommateur qui atteint aussi les communautés catholiques, rendant difficile leur stabilité, leur développement et la pleine vitalité qui devrait les habiter pour le bien des âmes.

           Alors, comme Saint Joseph et Notre Dame, nous devons retrouver la voie de la prière confiante en Dieu qui ne peut abandonner son peuple. Comme Saint Joseph et la Sainte Vierge Marie nous devons prendre les moyens à notre disposition pour accomplir ce que Dieu veut ; comme Saint Joseph et Notre Dame nous devons être prêts à tout perdre pour tout gagner en Dieu.

         Le défaitisme n’a jamais été un élément de sainteté. Au contraire, dans les ténèbres qui avancent, la liturgie nous invite à nous préparer à la venue du «Sol Invictus», le soleil invaincu qu’est Dieu Tout-Puissant, contre lequel les forces de l’Enfer ne prévaudront pas. A nous de préparer le chemin pour sa venue, en tressaillant d’allégresse dans notre prière, nos œuvres et notre pénitence, parce qu’Il vient le Sauveur de nos âmes, parce qu’Il est à notre porte Celui qui fait toutes choses nouvelles.

                                               Nous vous souhaitons un saint temps de l’Avent,

Abbé Benoît Maître †

Chapelain