mardi 27 décembre 2016

Editorial de Janvier


            Une nouvelle année commence et il est bien légitime de nous interroger sur les événements qui nous attendent pendant ces douze prochains mois.

         Que ce soit dans le monde, dans la Sainte Eglise, dans nos familles, dans nos communautés ou dans notre vie tant spirituelle que matérielle, il y aura des joies et des peines, des consolations et
des afflictions. Il est vain et inutile de chercher à scruter l’avenir afin d’y découvrir les événements qui nous attendent.

         En ce temps de Noël, il est plusieurs fois fait mention dans la Sainte Liturgie du mot « Hodie », Aujourd’hui. Dieu nous rappelle ainsi qu’avoir les yeux rivés sur le passé comme une période idyllique à laquelle nous rêverions d’appartenir, ou vouloir toujours regarder vers ce qui doit arriver, nous éloigne de la sanctification qui doit se vivre aujourd’hui. «Donnez-moi votre grâce, Seigneur, rien que pour aujourd’hui» écrit Sainte Thérèse de Lisieux.  

         En ce siècle où les chrétiens sont persécutés, où les islamistes n’en finissent pas de tuer au nom d’Allah, où la famille naturelle et la vie humaine sont menacées (et bien peu défendues par ceux qui ont mission de garder le troupeau), en ce siècle où, même dans l’Eglise de Dieu, nombre de pasteurs légitimes n’osent plus affirmer la Vérité mais se laissent aller aux compromis ambiants, la véritable paix semble bien difficile à acquérir.

         Pourtant, cette Paix est nécessaire. Elle ne peut que passer par la prière personnelle et l’action menée au jour le jour selon nos moyens. Il est urgent de prier et d’agir ; prier au quotidien, en sachant profiter de toutes les occasions que nous avons de faire monter nos demandes et nos actions de grâces vers Dieu, pour avoir ainsi l’âme tournée vers le Ciel ; agir avec et selon la Foi dans tous les événements que la Providence permet.

         Charles Péguy mettait en scène la petite Espérance qui, née au jour de Noël, paraît la plus petite et la plus simple de toutes les vertus et n’en porte pas moins le monde. Demandons en ce début d’année à Notre-Seigneur par Notre-Dame d’affermir en nos vies cette Espérance qui nous permet, en ce monde, de pouvoir agir et prier chrétiennement et être ainsi, à chaque instant, un instrument de l’ordre nouveau que veut établir notre Divin Roi. La paix pourra alors naître en nos âmes, en nos foyers, en nos communautés, en la Sainte Eglise et aussi dans notre pays car Dieu peut tout si nous Lui sommes fidèles.

         Nous vous souhaitons à tous une sainte Année 2017, riche en grâce et en bénédictions.
Abbé Benoît Maître †

Chapelain