lundi 1 mai 2017

Editorial de mai

l y a cent ans, le 13 mai, la Sainte Vierge-Marie apparaissait à trois petits bergers de la Cova da Iria à Fátima au Portugal. Cet anniversaire passera peut-être inaperçu à beaucoup en Europe. Pour nous cela ne sera pas le cas. Outre le fait que nous célébrerons la messe du Cœur Immaculé de Marie ce jour-là, comme nous y a autorisés le Saint-Siège, nous devons entendre et approfondir les messages de cette apparition pour notre vie.

         Il s’agit tout d’abord de cette Vérité fondamentale : à la fin de cette vie nous serons jugés, et ce jugement décidera de notre éternité. D’autre part, la doctrine du péché et de la réparation est
réaffirmée par Notre Dame. En effet, dès ici-bas, nous pouvons offrir des actes, des sacrifices, non seulement pour la réparation de nos propres péchés mais aussi pour la conversion des pécheurs. De plus, en sa première apparition, la Sainte Mère de Dieu demande aux petits bergers de bien prier le chapelet pour la paix du monde et la fin de la guerre. Nos demandes à Dieu, par l’intercession de la Très Sainte Vierge Marie, sont efficaces pour les temps troublés qui nous sont donnés de vivre.

         Dans les messages de Notre Dame à Fátima, il s’agit aussi du devenir, de la conversion ainsi que des abandons des peuples et des tribulations de la Sainte Eglise. « A la fin mon Cœur Immaculé Triomphera » dit-Elle à Lucie, car, quoique les tribulations soient annoncées, la Puissance Divine qui s’exprime en Marie ne peut qu’être toute-puissante. Quel exemple d’Espérance, qui n’est pas un prétexte à l’inaction ou à l’attente passive, mais qui prend les moyens pour que Notre Seigneur et Sa Très Sainte Mère règnent réellement en ce monde et qui, quoique les réalisations puissent sembler des échecs, est persuadé que Dieu aura le dernier mot.

         Il s’agit, en ce mois de Mai, de demander par Marie non seulement le salut de nos âmes, la conversion des pécheurs, mais aussi la conversion des peuples et des états dont notre conversion et nos prières seront les premiers pas.

         Soyons, en ce mois de Mai, mobilisés à nous adresser au Cœur Immaculé de Marie afin de lui confier la nécessité dans laquelle nous sommes, pour le monde, la Sainte Eglise, notre pays ainsi que pour la conversion de nos âmes. « A la fin mon Cœur Immaculé Triomphera » nous répète la Sainte Vierge Marie ; ainsi connaissant la victoire finale, nous aurons à cœur d’en être des instruments.

         Que le mois de Mai, mois de Marie, soit pour chacun d’entre nous un temps de grâces, de bénédictions et que nous puissions travailler au règne du Christ et de sa Très Sainte Mère, dans nos âmes et le monde.

Abbé Benoît Maître †
                                                                                                               Chapelain