mercredi 12 juillet 2017

Editorial de Juillet

Résultat de recherche d'images pour "VIERGE DE FATIMA"          Le 13 juillet 1917, la Sainte Vierge Marie, à Fatima, parle aux voyants de l’action de Dieu dans le monde : par la prière des fidèles, Dieu peut donner la Paix dans le monde, peut faire finir les guerres et éviter les persécutions de la Sainte Eglise de Dieu. Ce jour-là, Notre Dame montre aux enfants l’enfer, une vision dont Lucie dira que ce fut une grâce de la Sainte Vierge de ne pas la faire durer, autrement ils en seraient morts d’épouvante. Lors de cet entretien entre la Sainte Vierge et les petits voyants, Notre Dame révéla le fameux secret qui ne sera publié qu’en l’an 2000 par l’Eglise.

         Cent ans après ces apparitions
, force est de constater que les difficultés ne cessent de s’amonceler. Mais les hommes ont-ils entendu l’appel de la Sainte Vierge Marie ? La dévotion du chapelet est-elle chère au cœur des chrétiens ? Malheureusement, nous avons tous encore en mémoire, en tel ou tel lieu, l’un ou l’autre tant ecclésiastique que laïc expliquant avec force persuasion que le chapelet était devenu une dévotion de grand’mère, une dévotion arriérée qu’il convenait d’abandonner. De plus, le laïcisme a fait son œuvre : demande-t-on encore publiquement comme dans la prière personnelle la conversion de notre société ?

         De même, parle-t-on encore un peu de l’enfer, comme une possibilité pour l’homme après sa mort ? « C’est d’un autre âge, Monsieur l’abbé », pouvons-nous parfois entendre dire. Pourtant il n’en est rien et si la méditation de l’Enfer, ne doit pas être agitée comme un épouvantail, elle est propre à nous faire aimer encore plus le Ciel puisque le châtiment de ceux qui ont négligé un si grand bien est si terrible.

         Le chrétien quoique dans le monde n’est pas du monde. Ainsi, à l’appel de la Sainte Vierge Marie, il peut demander la conversion de ce monde, puisque n’étant pas du monde il apporte la présence de Dieu en ce monde. Comment cela se fera-t-il ? Le Cardinal Sarah dans son dernier livre, exhorte les chrétiens à retrouver le goût du silence de plus en plus fui de nos jours, le silence où Dieu est présent et peut parler à nos âmes. Ce temps estival, n’est-il pas le temps propice pour prendre quelques moments afin de nous retrouver dans le silence de Dieu ? N’est-il pas opportun de savoir parfois se cacher du soleil écrasant afin de se mettre, à l’ombre de nos églises, sous le soleil de Dieu dans le silence ? Il saura nous parler, nous exhorter et ainsi avec le chapelet nous pourrons enfin faire quelque bonne œuvre pour ce monde en demandant à Dieu la conversion.

         Bon mois de juillet à tous, que la chaleur soit pour chacun d’entre nous un bon moyen de demander à Dieu, pour nous même et pour notre société, la douceur du Ciel.
Abbé Benoît Maître †
Chapelain